Rechercher
  • Nathalie Darmon

Tout le monde devrait savoir reconnaître les signes autistiques et je vais vous raconter pourquoi ?

Mis à jour : août 23


Tout le monde devrait savoir reconnaître les signes autistiques et je vais vous raconter pourquoi ?


Pour être plus proche de la réalité, il faut parler de trouble du spectre autistique (TSA) ou de syndrome autistique.

Personnellement, je préfère parler de « passage autistique ».

Tel que je l’ai appris lors de mes études et mes expériences de psy et pour faire simple, l’autisme est un arrêt du développement dans les premières années de la vie et l’enfant se renferme comme une huître (qui est selon moi l’expression qui convient le mieux à ce phénomène).

On parle de « passage autistique », car tout dépend du temps que cet arrêt du développement psychique et cette fermeture vont durer.

Cela peut durer quelques semaines lors desquelles vous constatez que votre bébé évite votre regard par exemple ou perdurer plusieurs mois ou années.

Évidemment, les séquelles ne seront pas les mêmes.


On ne connaît pas encore les causes de l’autisme et les débats fusent encore entre les différents points de vue professionnels en 2020. Vous trouvez cela incroyable et vous avez raison !

Il doit bien avoir quelque chose qui coince.

La littérature médicale écrit qu’il n’y a pas de traitement. En effet, il n’y a pas de médicament.

La littérature psy écrit qu’on peut traiter un enfant autiste avec des psychothérapies cognitives et comportementales ou par d'autres courants et ce, à condition que les signes soient récents et/ou que l’enfant soit très jeune (on peut lire parfois avant l'âge de 4 ans).

Les médecins ne peuvent confirmer cela puisque selon le corps médical, l’autisme est de naissance.

Et en effet, il y a des pathologies de naissance, qui peuvent provoquer un TSA, telles que l’épilepsie, certaines maladies génétiques (trisomie 21, syndrome de Rett, syndrome de l’X fragile…), etc. On sait aussi, que d’autres maladies précoces, très traumatiques, envahissantes ou touchant aux fonctions organiques sociales, peuvent aussi provoquer un TSA.


Mais la majorité des enfants TSA, n’ont pas de pathologies médicales.


Ceci dit, le corps médical reconnaît qu’une bonne prise en charge précoce et pluridisciplinaire est essentielle à une évolution plus favorable, et sans médicament.


Ce qui coince aussi dans la prise des enfants TSA, il faut le dire, est que la plupart du temps, les enfants sont amenés en consultation alors que les symptômes sont déjà bien installés.

La méconnaissance des signes d’alerte, en est le plus souvent la cause. Et puis le quotidien nous met « la tête dans le guidon » et on s'habitue progressivement à toutes les petites manies de nos enfants. Parfois aussi, la peur peut amener au déni.


Alors, n’hésitez pas à partager cette affiche.


www.psy-enfant-ado-en-ligne.com



Quelques chiffres :


1 personne sur 100 concernée

700 000 personnes autistes en France

Dont 100 000 ont moins de 20 ans

Source Inserm


3 garçons pour 1 fille

Mais ce chiffre est à nuancer au regard des recherches actuelles : les filles pouvant être sous-diagnostiquées.

Apparition des 1ers signes principalement : entre 18 et 36 mois

Source Inserm


Âge moyen au moment du diagnostic : entre 3 et 5 ans

60 à 70 % d’enfants autistes non scolarisés

Source Autisme info service


Nathalie DARMON 

Psychologue clinicienne et cognitiviste de l'enfance et de l'adolescence.

Spécialisée dans les difficultés d'apprentissage et la surdouance.

Bilans et rééducations.

759 vues